Slam Laurentide
fermer la barre latérale

Projet « Développement agroalimentaire et économique de 11 communautés indigènes paysannes guatémaltèques (projet DAÉ) » – 2012-2014

 

Ce projet s’est réalisé du 1er septembre 2012 au 31 août 2014 dans 11 communautés appartenant aux départements de Sololá, Suchitepéquez et Retalhuleu.

DAÉ a été mis en oeuvre par notre partenaire guatémaltèque – le Comité Campesino del Altiplano (CCDA)*- grâce
à l’appui financier de SLAM, de la Fondation Louise-Grenier et du ministère des Relations internationales et de la Francophonie (MRIF) du Québec

Résultats visées cibles Résultats obtenus
1).L’agriculture d’autoconsom-mation se diversifie et produit de meilleurs rendements. 200 petits producteurs parviennent à augmenter de 80% leur production de maïs, de légumi-neuses et de courges.

120 autres, disposant de bonnes sources d’eau, cultiveront du cresson, du soya et des tubercules tout en s’initiant à l’élevage de poissons.

Dans chacune des 11 communautés, 8 person-nes dont 3 femmes sont formées afin d’aider à l’amélioration des pratiques agricoles.

Les 3 cibles visées ici ont été dépassées: maïs (120% de la cible); légumineuses (158%); courges (139%).

Les résultats furent remarquables en ce qui concerne le cresson (144% de la cible) et surtout l’élevage de poissons (600%) grâce à la capacité acquise – en cours de projet – de faire la reproduction des poissons.

90 personnes ont été formées dont 44 femmes, soit 11 femmes de plus que prévu.

2) Les cultures destinées à la vente progressent. 250 petits producteurs de café augmenteront leur production de 60%.

75 familles seront initiées à la production de miel destiné principalement à l’exportation.

1 communauté produisant déjà des noix de macadam augmentera les revenus qu’elle en tire.

Les résultats obtenus pour le café, 9 000 quintaux, ont largement dépassé la cible de 4 000 quintaux.

Miel. En fin de projet, les familles disposent de 50% de plus de ruches. Et elles ont augmenté leurs revenus de 165 $ /an (90% de la cible).

Noix. Les 68 familles concernées ont augmenté leurs revenus de 730$ /an (102% de la cible).

3) Une coopérative d’embouteil-lage d’eau est créée. L’eau embouteillée en bidons de 18 litres sera offerte à 2 400 familles de la municipalité avoisinante de San Lucas Tolimán.

Les revenus tirés de cette activité permettront la création de 12 emplois permanents, emplois réservés à des femmes monoparentales.

Ventes totales en fin de projet: 2 000 bidons par semaine , équivalentes donc à 57% de la cible.

8 emplois à temps partiel, dont 6 réservés à des femmes, ont été créés et devraient se maintenir. La rémunération est de 8,50$ par jour, ce qui est élevé pour le Guatemala.

La mise sur pied d’une telle entreprise fut plus difficile que prévu.

4) Une coopérative d’habitations est créée. Des matériaux de construction seront produits localement (tuiles d’argile pour les toits et blocs de ciment pour les murs) et serviront à la construction de maisons.

20 maisons par année seront construites et vendues à des familles membres de la coopérative. Il en résultera la création de 5 emplois temporaires et de 5 emplois permanents.

Les matériaux produits en 1ère année de projet (3 200 tuiles pour planchers, 4 000 briques et 5 200 tuiles pour toits) ont convenu parfaitement aux constructions réalisées. En 2e année, fut expérimenté avec succès le remplacement des tiges d’acier, comme poutres, par des tiges de canne à sucre, plus écologiques et beaucoup moins chères.

La fabrication de matériaux a généré 5 emplois permanents, dont 2 occupés par des femmes, au salaire de 8,50$ par jour.

La demande en maisons ne s’est pas matérialisée comme prévu: seulement 4 maisons furent cons-truites. Pour compenser, la construction fut orientée vers l’amélioration de 2 écoles et vers différents bâtiments servant à notre partenaire soit pour des formations (par exemple, l’école d’agriculture pour jeunes), soit comme lieux de transformation de produits agricoles (miel, noix de macadam). Toutes ces constructions équivalent à 20 maisons (50% de la cible).

La construction de maisons et de bâtiments a généré 3 emplois temporaires, rémunérés à 12$ /jour.

5) Des activités de formation soutiennent chacun des volets du projet. Dans chacune des communautés, 8 personnes dont 3 femmes seront formées afin d’aider à l’amélioration des pratiques agricoles d’autocon-sommation.

88 personnes seront formées au leadership communautaire.

Relève agricole: 20 jeunes recevront une formation de base en agriculture.

Dans les 11 communautés du projet, la formation dispensée a permis de rejoindre 46 hommes et 44 femmes. Suite à leur formation, 22 personnes ont choisi d’implanter dans leurs communautés respec-tives un petit jardin d’expérimentation.

La fabrication de matériaux a généré 5 emplois permanents, dont 2 occupés par des femmes, au salaire de 8,50$ par jour.

Résultat atteint.

36 jeunes ont reçu un total de 91 heures de formation et ont réalisé des travaux pratiques sur un terrain aménagé à cette fin.

La formation dispensée a entre autres permis aux coopérant-e-s de choisir un statut juridique plus approprié à leur situation: les 2 groupes se sont rassemblés dans un seul organisme à but non lucratif.

Le budget du projet et son financement : 160 000 $ sur 2 ans, financé par le ministère des Relations internationales et de la Francophonie (MRIF) du Québec, la Fondation Louise-Grenier et SLAM.

Autres informations disponibles :

*  site internet du CCDA:   www.ccdaguatemala.org

 


 

Projet « Vers la Souveraineté Alimentaire (VSA) » – 2011

Ce projet s’est réalisé tout au cours de l’année 2011 dans les départements suivants du Guatemala : Sololá, Suchitepéquez et Retalhuleu. La réalisation de ce projet était sous la responsabilité d’un nouveau partenaire de SLAM, le Comité Campesino del Altiplano (CCDA) et c’est le soutien financier de la Fondation Louise-Grenier et de SLAM qui l’a rendu possible.

Ce projet s’adressait plus particulièrement à six communautés indigènes paysannes ayant en commun une économie dominée par une agriculture d’autosubsistance.

Pour lutter contre la pauvreté qui y sévit, la cible du projet était le renforcement des capacités productives de 436 de leurs petits producteurs agricoles. L’amélioration du rendement du travail agricole a entraîné une amélioration du niveau de vie de leurs familles et, notamment, de leur diète alimentaire.
Voici les activités qui ont été déployées afin d’atteindre ces objectifs :

  • a) Formations de 12 promoteurs et promotrices agricoles (2 par communauté).Une fois formées, ces personnes ont assumé l’aide suivante aux petits producteurs :
    • Mise en place de 436 jardins familiaux
    • Introduction de l’élevage de chèvres
    • Élargissement de la culture biologique du café
    • Introduction de la production de champignons pour la vente sur le marché local.
  • b) Programme Communautés en apprentissage Ce programme s’est adressé à 6 leaders dans chacune des 6 communautés afin qu’elles soient capables de présenter elles-mêmes des demandes de soutien financier à leur municipalité pour avoir accès aux programmes leur étant destinés.
  • c) Approvisionnement en eau potable et amélioration de l’école primaire pour la communauté d’El Esfuerzo, plus pauvre que les autres.Pour la communauté d’El Esfuerzo, plus pauvre que les autres.

 

Autres informations disponibles : www.ccdaguatemala.org

 

Bienvenue sur le nouveau site de SLAM! - Pour consulter l'ancien site cliquez ici
Hello. Add your message here.